Blog

Qu’est-ce que la mondialisation aujourd’hui ?

Technologie vecteur créé par starline - fr.freepik.com

En ce monde moderne, nous avons accompli de nombreuses prouesses technologiques en des temps records. Je note autant de transformations que de solutions pour bon nombre d’êtres humain.

Le numérique responsable est la clé de l’équivalence de notre sphère digitale. Nous sommes dans une situation où tout est pratiquement industrialisé dans la limite du raisonnable. Ce qui revient à réduire notre empreinte digitale calculée d’une part, par sa propre utilisation de la technologie, d’autre part, via l’infrastructure des objets high-tech : comme par exemple les ressources nécessitant lextraction des différents métaux premiers, l’obsolescence programmée pour enclencher le processus d’achat de nouveau, etc. 

Les entreprises du digital respectant le Green IT sont souvent bien vues dans la société. Une des avancées du siècle est accordée à la domotique, elle accrue notre confort, nos économies aussi bien électriques qu’énergétiques. Tout est imbriqué dans un système intelligent, où une tour centralise les données des capteurs ainsi que les paramètres, commandable à distance par des interfaces connectées.

Ce courant de l’écologie numérique a complètement changé notre manière de vivre tout simplement. Nous sommes constamment reliés à Internet, que l’on veuille ou non, la mondialisation s’est prise de court sans pour autant de nous le demander avant.

Internet ?

Technologie vecteur créé par starline - fr.freepik.com

Il est de temps de croire au numérique responsable ! Ce concept fait partie intégrante de toutes vies humaines. Voyez-le par vous-même, nous sommes tous responsables de la préservation de notre environnement numérique. De plus, si nous voulons laisser un avenir radieux pour nos enfants, c’est lobjectif de notre siècle.

Notre contribution

Cela commence par de petites choses, et en résulte par de grandes habitudes, qui s’accompagneront de volontés tout à fait uniques ! Ayez votre force en concordance avec le Green IT, afin de réduire au maximum notre empreinte numérique sur la toile du web. Ensemble, nous pouvons aller loin… 

L’abondante présence d’internet

Les jeunes ne doivent pas se laisser aveugler par la gratuité d’internet. Je dis les jeunes en priorité, mais ça concerne tout le monde. Nous vivons dans un monde où internet est omniprésent, autant dans la maison que dans notre poche. Comme vous l’aurez compris, nous sommes sans cesse en contact avec les réseaux sociaux (Facebook), les plateformes de diffusion (Youtube, alias Google), les systèmes d’exploitations (Apple) et j’en passe.

Les leaders du marché

Ces trois leaders ont pour projet, d’alimenter au fur et à mesures leur datacenters avec des énergies renouvelables jusqu’à 100%. On devrait tout de même utiliser internet à bon escient et non pas pour des futilités. Dans le futur, ce pourrait être une alternative écologique que d’utiliser ces grands espaces de stockage, mais le problème est le même. D’après ce même article, si le numérique était un pays, il serait le troisième plus grand consommateur derrière les États-Unis et la Chine.

La priorité reste telle quelle, consommer le moins possible d’énergie numérique, d’où le numérique responsable. Cela en va de soi, ainsi de maîtriser nos dépenses énergétiques superflues, afin de rentabiliser notre passage sur Terre.

Des algorithmes, un meilleur moyen pour consommer

Fond vecteur créé par starline - fr.freepik.com

Je commencerai par vous donner mes pistes à suivre, afin de mieux comprendre l’Intelligence Artificielle. Je continuerai avec les définitions diverses et variées que nous pouvons tous trouver sur internet. Et pour terminer, je vous expliquerai ma définition du fonctionnement de l’I.A. dans le numérique responsable, appelé aussi le Green IT en anglais.

Démocratiser l’I.A.

L’intelligence artificiel que l’on nomme d’un concept trop haut pour l’atteindre, n’est qu’en faîte un regroupement d’algorithmes avec des formules mathématiques. Pour les équations, je comprends tout à fait que ce n’est pas à la portée de tous, mais quand même ! Je tiens à démocratiser l’I.A. … Cette pensée artificielle nous aide dans nos tâches quotidiennes, que ce soit un agenda pour la gestion de notre emploi du temps, notre position pour situer l’endroit etc. Elle doit pour principe, seulement être un prolongement de notre cerveau, et non pas être un individu à part entière. Jusque-là, vous me suivez… 

Un prolongement de notre cerveau

Figurez-vous que cette machine de pensée est présente partout, tant que internet bien sûre est en connexion. Puisque ce système intelligent a la possibilité de se faire pirater, c’est pour cela que les mises à jour sont nécessaires pour son bon fonctionnement. Elle permet aussi des prouesses permettant de réduire nos empreintes carbones. Pour l’instant, nous ne voyons pas d’intelligences artificielles disponibles pour les souhaits d’un individu en particulier, souhaitant réduire ses déchets atmosphérique. Tout du moins afin de pouvoir programmer manuellement, on a besoin d’individus faisant lintermédiaire entre l’homme et la machine. Ce sont les hautes hiérarchies, par exemple Microsoft et Apple, qui mettent en place cette capacité de raisonnement, et permettent que cette technologie rencontre nos appareils connectés.

Une simulation proche de l’intellect humain

Une simulation proche de l’intellect humain, mais ce cerveau a besoin impérativement de quoi se baser, donc de données enregistrées en amont. Pour fonctionner, il requiert de l’énergie électrique obtenue grâce aux combustions, aux énergies renouvelables, etc. Nous arrivons à un temps décisif pour notre environnement, notamment afin d’émettre le moins possible de gaz à effet de serre. Ceci dit, parce que ces rejets sont en train de percer la couche d’ozone, entraînant une diminution de la strate atmosphérique, qui est protectrice entre nous et le soleil. J’en viens aux Systèmes Opérateurs, il y en a deux leaders sur le marché : Android et MacOS. Lesquelles d’entre nous connaît véritablement ce qui se cache derrière ces algorithmes, qualifiés ensembles d’Intelligences Artificielles ?

Pourvu qu’il en soit ainsi, que l’I.A. soit développée pour nous aider à améliorer nos vies dans le bon sens, ainsi qu’à développer nos manières de consommer de la valeur. Pour en somme, afin d’éviter à nos prochaines générations, de connaître ce que l’on ne souhaite pas vivre en ce monde.

L’imprimante, un exemple d’impact environnemental du numérique

Affaires photo créé par jannoon028 - fr.freepik.com

Nous parlerons des divers moyens que nous avons actuellement afin de mieux comprendre l’enjeu du numérique responsable, plus communément appelé le Green IT. Nous nous interposerons sur le terrain en tant qu’acteur du numérique, c’est-à-dire des solutions que l’on pourrait obtenir grâce aux nouveaux procédés, mais aussi de nos manières de les utiliser. On se questionnera sur les nouvelles technologies et on se basera sur les anciennes, pour pouvoir dénouer la réalité par rapport aux préjugés de la société.

La différence de consommation

Nous avons comme moyens actuels pour mieux comprendre l’enjeu du numérique responsable, par la différence entre les débits énergétiques consommés et ceux vraiment utilisés à bon escient. Par exemple, les appareils constamment allumés même hors fonctionnement, consomment énormément face à sa consommation sur l’année, alors qu’il n’est pas nécessaire de les garder en alimentation.

Les impressions

Il est important de savoir quel est le degré de rejet CO2 émis par nos machines, donc ceux-ci rejetés dans l’atmosphère. Si on tient compte du jeune âge du numérique, on peut le trouver florissant tout en décelant des petites failles dans le système. Le principe du numérique responsable, est de savoir quelles sortes de technologies sont viables, on parlera ici des normes imposés par l’État. Je me base sur une de mes dernières explorations, cela s’était passé au Vietnam, j’ai remarqué que les câbles électriques sont plus désordonnées qu’en France. Il n’existe pas de normes aussi strictes pour les pays Européen par rapport aux pays Orientaux. Une nation où les normes sont une obligation, les impressions sont tout aussi flagrantes que les impressions papiers… 

Les impressions papiers

Non seulement les impressions coûtent de l’encre, mais aussi de l’énergie pour fonctionner… Chaque entreprises doit se conformer aux normes pour si jamais un contrôleur vient à débarquer au bureau. Alors nous parlons ici de fonctionnement, hormis le travail s’étant effectué en amont pour les encres etc., consomme énormément surtout pour le travail administratif. Il faut savoir que l’imprimerie n’avait jamais été comme cela il y a des années et des années… L’imprimerie a tout d’abord été manuelle, pour devenir un appareil analogique, puis numérique que nous connaissons actuellement. Je vais vous expliquer en quoi le Green IT est plus important que jamais, maintenant dans le monde du digital. Compte tenu d’une impression papier, qui est de fait, moins impactante pour la nature, que l’analogique, mais à cause d’une plus grosse production accessible au plus grand nombre, le problème décroît. Cela prend tout un effet inverse… 

Les solutions

Les nouveaux procédés de ce siècle pour consommer moins, est l’intelligence artificielle, qui contrôlera à notre place l’extinction des feux pour une heure donnée, et bien sûr l’allumage dans la journée tant que la machine est utile… Nos manières pour comment utiliser l’I.A., pourraient être dévité de surcharger les appareils électroniques, parce que la batterie en prend un coup, entraînant une diminution de la performance pour la durée de vie, et un transfert d’énergie inutile.

Je pourrai en citer plusieurs technologies qui ont fait leurs entrées dans le numérique, mais cela n’en est pas le sujet. Je vous ai démontré par la rentabilité face à lensemble numérique de la population sur Terre, que le nombre d’utilisation importe beaucoup sur l’environnement. Et puis, si tout le monde s’y mets, et nous pour commencer, de prendre soin de nos appareils électroniques convenablement, cela changera à jamais nos habitudes, nous pourrions alors rendre le monde plus écoresponsable.